Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur pour les entreprises

L’expérimentation de la « VAE inversée » est officiellement lancée

Les candidatures pour participer à l’expérimentation de la « VAE inversée » sont ouvertes depuis le 30 juin. À cette date, est en effet paru l’arrêté qui définit le cahier des charges relatif aux modalités et critères de sélection des projets visant à mettre en œuvre cette expérimentation. Pendant ses trois ans d’application, celle-ci doit permettre à 5 000 personnes d’acquérir tout ou partie d’un diplôme visant un métier en tension grâce à un contrat de professionnalisation rénové. 
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Vendredi 25 août 2023

L’appel à projets national relatif à la « VAE inversée » est ouvert depuis le 30 juin. Cette expérimentation, qui vise à faciliter les reconversions et l’insertion professionnelle dans les secteurs en tension, a été instaurée par la loi Marché du travail et ses modalités ont été définies par un décret du 26 mai dernier (v. l’actualité nº 18805 du 31 mai 2023). Elle doit permettre à 5 000 personnes maximum de conclure des contrats de professionnalisation incluant des actions destinées à leur permettre d’acquérir tout ou partie d’un diplôme dans le cadre de la VAE (validation des acquis de l’expérience). Elle a également pour but de permettre aux entreprises d’être accompagnées pour identifier leurs besoins en compétences et former de futurs salariés sur leur poste de travail, afin de répondre à leurs difficultés de recrutement.

 

Selon l’appel à projet mis en ligne sur le site du ministère du Travail, les entreprises peuvent candidater à cette expérimentation jusqu'au 28 février 2026. 

Conformément à l’arrêté, les dossiers devront être déposés par ces porteurs de projets auprès de la DGEFP (Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle), en écrivant à l’adresse suivante : [email protected] . La DGEFP doit se prononcer sur les projets, par un avis favorable ou défavorable, et en informer les porteurs de projet et l’Opco (opérateur de compétences) auquel est rattachée l’entreprise signataire du contrat de professionnalisation. Notons que le silence gardé par la DGEFP pendant deux mois suivant la réception de la fiche projet vaudra rejet de la demande.

 

Du côté des particuliers, les particuliers de 16 ans et plus intéressés par l’expérimentation sont invités à contacter l’Opco du secteur d’activité visé. L’information sur les finalités et les modalités de déroulement du projet de « VAE inversée » sera assurée par le porteur de projet, qui mettra en place une phase de diagnostic visant à identifier les besoins des candidats et entreprises intéressées et suivi par une phase d'orientation des candidats vers un accompagnateur de parcours. A l'issue de cette étape, un contrat de professionnalisation d'une durée de maximum 36 mois sera signé et permettra au candidat de déposer son dossier de recevabilité à la VAE, afin d'obtenir la validation de la certification. 

 

Pour plus d'information sur le contrat de professionnalisation et le financement du VAE inversé, veuillez télécharger notre brève juridique et sociale du mois d'Août jointe.